Quel est le taux d'échec en L1 droit ?

Alors que la rentrée de septembre approche, l'excitation de débuter des études en droit laisse rapidement place à des doutes.

La faculté de droit est réputée être une filière difficile avec un taux d'abandon important dès la première année. Ce préjugé est-il vrai ? Quel est le taux d'échec en première année en faculté de droit ?


Les chiffres


Le taux de 60% d'échec à l'issue de la première année en faculté est souvent avancé.

Ce chiffre ressort d'une note du Ministère de l'enseignement supérieur qui détaille les taux de réussite en licence.


En détail, toutes filières confondues : 31 % des étudiants inscrits en L1 renoncent dès cette première année ; 13 % renoncent après une seconde année passée en licence, le plus souvent en redoublement (10%) moins fréquemment après un passage en L2 (3%).








Dans le cas particulier de la filière en droit : 56,3 % des étudiants passent en 2ème année de licence en 1 ou 2 ans soit un taux d'échec de (seulement ! ) 43,7 %.

Ce chiffre est à nuancer car en réalité, seulement 40 % des étudiants en droit passent en 2ème année de licence en 1 an, sans redoublement.


Les raisons de ce taux d'échec

De manière générale, différents facteurs font varier les taux annoncés.

  • Le bac obtenu, un facteur clé

Tout d'abord, de manière générale, les taux de réussite entre bacheliers généraux, technologiques et professionnels sont très contrastés : seuls 8 % des bacheliers professionnels parviennent en L2 après un ou deux ans en L1, six fois moins que la moyenne.

Dans le cas particulier du droit, on constate que les bacheliers ayant obtenu un bac S ont un taux de réussite plus élevé de passage en 2ème année en 1 ou 2 ans par rapport aux autres bacheliers ( 74,9 % pour les bac S / 66,9 % pour les bac ES / 55,1 % pour les bac L / 16,8% pour un bac SMTG ou technologique / 3,7 % pour les bac professionnels).

A Paris 1 Panthéon-Sorbonne, dans la filière droit, les taux de réussite en L1 sont calculés sur les étudiants considérés comme « présents », c'est-à-dire ayant obtenu au moins une note supérieure à zéro dans l’année. Il ressort alors un taux moyen de réussite de 58 %. Leurs taux de réussite suivant la filière reflètent les tendances au niveau national : 71 % pour les bacheliers ayant eu un bac S / 61% pour les bacheliers ayant un bac ES / 50% pour les bacheliers ayant eu un bac L.

On constate la même tendance à la Faculté de Droit Paris Descartes (taux de réussite de 29 % la première année avec 53 % de bacheliers S).

  • Les autres facteurs

Ensuite, l'obtention d'une mention au baccalauréat influence aussi la réussite dans les études universitaires. De manière générale, les étudiants ayant obtenu une mention très bien ne représentent que 3 % des inscrits en première année de licence, 77 % d'entre eux valident leur licence en trois ou quatre ans.

À l'inverse, parmi les étudiants ayant obtenu leur bac sans mention et sans être passés par la case rattrapage, seuls 32 % obtiennent in fine leur diplôme.

Enfin, l'origine sociale est aussi un facteur qui influence. Là encore, toutes filières confondues, le taux de passage en L2 est de 50 % pour les étudiants d'un milieu "très favorisé" (entendu dans la rapport du Ministère comme des étudiants ayant des parents cadres, enseignants, etc...) contre 32,1 % pour les étudiants d'un millier "défavorisé" (entendu dans la rapport du Ministère des étudiants comme ayant des parents ouvriers, etc).


  • Les étudiants "fantômes"

Les différents pourcentages issus du rapport du Ministère de l'enseignement sont calculés sur la base des inscriptions administratives, et non d’une présence de l’étudiant. Ce qui ne permet pas de mesurer le phénomène des étudiants « fantômes » qui, malgré leur inscription, n’ont jamais mis un pied à l’université et n’ont donc aucune chance d’y réussir ou d’y échouer.

Les chiffres sont donc à prendre avec une particulière précaution. Les méthodes de calcul retenues par le Ministère de l'Enseignement peuvent être critiquées et ne pas refléter la réalité de la situation de l'ensemble des étudiants.


Chaque étudiant est différent, sa force de travail et la maitrise des clés de réussite en L1 permettront de faire la différence !

QUART D'HEURE DE DROIT

Quart d'heure de Droit est une marque déposée

Abonnez-vous à la Newsletter